La chute des cheveux

Publié le par bylbie

Le cycle de croissance des cheveux

Perdre 50 à 100 cheveux par jour est tout à fait normal au vue du cycle de croissance des cheveux. Ce cycle se divise en 3 phases ; croissance du cheveu pendant 5 ans au plus, période de transition de quelques semaines, puis phase de chute, qui dure 3 mois et concerne 14% des cheveux.



La chute de cheveux saisonnière

En automne, la chute de cheveux serait légèrement plus accentuée que le reste de l’année, et dure de 4 à 6 semaines.

Bien que cette chute soit naturelle, il peut ête conseillé de faire une cure de compléments diététiques afin d’apporter aux  cheveux les principes actifs (vitamines, fer, zinc) dont le bulbe pileux a besoin afin de produire une kératine de meilleure qualité. Il s’agit soit du trio de vitamines B6-B5-PP prescrit par le médecin, ou de compléments alimentaires (vitamines B, oligo-éléments, sels minéraux, acides aminés) vendus dans le commerce.

L’application de lotions capillaires serait également bénéfique ; si ces produits ne peuvent empêcher la chute des cheveux, ils en favorisent la repousse. Les effets apparaissent au bout de 3 mois d’application.


Une chute anormale

Si cette chute saisonnière persiste (plus de 6 semaines), ou si vous constatez une perte de cheveux anormale de puis quelques mois, il convient d’en rechercher la cause. Vérifiez tout d’abord que vous ne preniez pas de médicament susceptible d’entraîner une perte de cheveux. Une carence alimentaire, (fer, protéine, zinc…), un stress important, un état de fatigue généralisé, un traumatisme émotionnel, une maladie peuvent également être à l’origine de cette perte de cheveux. Dans tous les cas, il convient de consulter un médecin afin de faire un bilan de santé général.


Les causes hormonales

Une pilule contraceptive non adaptée peut favoriser la perte des cheveux.
Il peut également s’agir d’un excès d’androgène (hormones sexuelles mâles que les femmes sécètenet aussi en petite quantitié), décelable par un bilan hormonal ; un traitement hormonal suffira la plupart du temps pour rétablir l’équilibre entre les hormones mâles et femelles.

Après un accouchement, une perte de cheveux est tout à fait normale ; elle est due à la chute brutale des hormones de grossesse.

Enfin, la ménopause est une période favorable à la chute de cheveux. Les œstrogènes (hormones sexuelles femelles), présents en grande quantité chez la femme, jouent un rôle important en contrant les effets des androgènes (hormones sexuels mâles) qui agissent sur les follicules pileux et accélèrent la perte de cheveux. Or à la ménopause, la concentration d'œstrogènes diminue. Les femmes prédisposées à la perte de cheveuxcheveux se clairsemer, perdre en vigueur durant la ménopause ; un traitement hormonal de substitution permettra de pallier à cette chute hormonale.


La calvitie chez l'homme

La plupart du temps, la calvitie - qui peut débuter dès 20 ans - est due à un excès d’androgènes qui accélèrent la croissance du cheveux, et donc sa chute. D’autres facteurs, tels qu’une carence alimentaire, un stresscheveux.

Dans le cas d’un déséquilibre hormonal, un traitement local (à base de minoxidil) ou oral peut ralentir la chute de cheveux. Cependant, l’effet n’est pas garanti ; chaque personne réagit différemment. Dans tous les cas, consultez un médecin pour tout traitement, et fuyez les produits miracles vantés dans les publicités.

Si aucun traitement n’a réussi, reste la solution des implants, coûteuse mais efficace. Cette technique consiste à prélever de petits morceaux de peau pourvus de cheveux, que l’on réimplante sur les parties chauves. Pour en savoir plus, lire notre dossier : Les implants capillaires : il y a du nouveau !, avec en particulier les conseils d'un médecin esthétique.

Enfin, comme pour les femmes, les compléments alimentaires sont toujours bénéfiques ; s’ils ne peuvent ralentir la chute, ils fortifient les cheveux restant.


Source : santé AZ

Publié dans Beauté et bien-être

Commenter cet article