Rides et remèdes

Publié le par bylbie


 

Le processus de vieillissement de la peau est génétiquement programmé et débute, de façon invisible, dès 25-30 ans. Le renouvellement cellulaire ralentit, la peau perd en élasticité et en fermeté, les rides apparaissent. Le contour des yeux et des lèvres sont les zones les plus touchées. 

Les ennemis de la peau

Le vieillissement cutané est accéléré par le soleil, le froid, le vent, la sécheresse, la pollution, le tabac, l’alcool, qui entraînent la production de radicaux libres. On appelle radicaux libres les atomes qui, produit en surnombre par les radiations UV, la pollution, le tabac et l’alcool, désorganisent les cellules et entraîne un vieillissement de la peau, comme les rides.

Les modifications hormonales de la ménopause agissent elles aussi négativement sur la peau ; celle-ci se dessèche et s’amincit.

Les gestes clés


Se démaquiller, oxygéner et hydrater la peau, la protéger du soleil sont les gestes indispensables à tout âge. Dès 20 ans, il est bon de prévenir les rides en exfoliant la peau une fois par semaine et en nourrissant le contour de l’œil avec un crème spécifique.

Dès 35 ans, il est temps de passer aux soins anti-rides et aux crèmes de nuit.

A partir de 40-50 ans, il convient de limiter les effets des modifications hormonales en nourrissant la peau et en réactivant l’action lipidique ; les soins à base de soja ou d’algues sont particulièrement indiqués, tout comme les compléments nutritionnels

Une alimentation équilibrée, riche en vitamines, en oligo-élements et en acide gras est en effet essentielle à la beauté de la peau.

Les substances anti-rides

Les acides de fruits et les AHA ont une action exfoliante qui permet de rendre son éclat à la peau. Ils sont cependant à utiliser avec prudence, car ils peuvent aussi accélérer l’amincissement naturel de la peau.

Les antioxydants (en particulier les vitamines E, C et la bétacarotène) neutralisent les radicaux libres et améliorent la surface de la peau.

Les céramides sont des lipides qui retiennent l’humidité et stabilisent la structure de la peau.

Le rétinol, dérivé de la vitamine A, stimule le renouvellement cellulaire et atténue les petites ridules ; il est idéal en prévention.

Veillez cependant à ne pas traiter votre peau avec trop de principes actifs différents ; cela risquerait d’accélérer son vieillissement.


Les médecines esthétiques 

La technique du comblement consiste à injecter des produits qui comblent le peau là où elle est ridée. Ces produits d’origine végétales sont résorbables ; il faut renouveler les injections pour un effet durable. Injecté à l’aide d’une fine aiguille au cœur de la ride, dans le derme, le collagène permet de combler les rides intersourcillières et le sillon naso-génien. L’acide hyaluronique améliore pour 3 à 12 mois les rides du front, les rides
intersourcillières, le sillon naso-génien grâce à un effet repulpant assez naturel.

Le filling consiste à réinjecter dans les rides de la graisse prélevée sur le patient sous anesthésie générale. Il est particulièrement efficace pour rajeunir le regard, regonfler les pommettes, combler le sillon naso-génien et atténuer les ridules de la lèvre supérieure.

Le laser CO2 élimine les rides au niveau des paupières et des pattes d’oie, en abrasant la peau, couche par couche. Le laser AURA, travaille moins en profondeur, et permet de résorber les ridules.

La technique du fil d’or consiste à introduire un fil d’or sous la peau afin de stimuler la fabrication de collagène.

Le peeling consiste à brûler superficiellement la peau afin d’en éliminer les cellules mortes et régénérer l’action cellulaire. Aujourd’hui, on trouve dans le commerce des peelings dermatologiques ou « resurfaçant » à faire à domicile.
 


Autre traitement possible, surtout sur le viage et le décolleté : le mésolift.
Le mésolift est un traitement de médecine esthétique dont le but est de tonifier, raffermir la peau. Il s’applique généralement au visage redonnant alors un teint plus éclatant grâce à des injections d’un mélange de produits à base de minéraux, de vitamines...
Le mésolift correspond à un traitement de mésothérapie appliqué sur la peau du visage. Le médecin réalise une série de petites injections dans la peau (très en surface) d'un mélange de vitamines, d’oligo-éléments et souvent d’acide hyaluronique fluide. L’objectif est de stimuler localement l’oxygénation et la fabrication du collagène.

Le mésolift est effectué pour donner un aspect moins terne à la peau, mais aussi pour la « lisser » en atténuant les ridules. De façon générale, le mésolift raffermit la peau. Les zones les plus souvent traitées sont le visage, mais aussi le cou, le décolleté.

Une séance dure une quinzaine de minutes durant laquelle le médecin injecte de petites doses de produit avec une seringue classique muni d’une minuscule aiguille, ou le médecin utilise un pistolet spécialement conçu pour la mésothérapie. Le traitement peut faire un peu mal en raison de la multiplication des petites injections. Certains praticiens recommandent d’appliquer une crème anesthésiante sur la peau, avant le traitement.

Les conseils peuvent varier selon le praticien, mais généralement il est recommandé d’effectuer quatre séances espacées de quinze jours chacune. L’entretien des résultats demande une séance tous les mois ou tous les deux mois. La fréquence des séances dépend aussi de ce que souhaitent les personnes consultant.
On déconseille généralement le traitement pour les personnes prenant des anticoagulants, en raison des risques de saignements. Avant une séance, la peau ne doit pas présenter d’infections cutanées. Il y a de légers risques de saignements, d’hématomes, ou de marques deux à trois jours après le traitement. Il existe aussi un risque d’allergie à un des produits injectés. Le mésolift est déconseillé aux femmes enceintes.

Le Botox® empêche les muscles responsables des rides d’expression de se contracter en agissant sur la conduction nerveuse. Il est particulièrement efficace contre les rides horizontales du front, les rides intersourcillières, les pattes d’oie et les rides
aux coins de la bouche.

Le Botox® est de la toxine botulinique, une neurotoxine qui a pour effet de bloquer la libération d’une substance chimique permettant au muscle de se contracter. Ainsi, ce produit vise à réduire les rides d’expression (rides du lion, pattes d’oie, front) par un relâchement de la tension musculaire. Cela explique pourquoi la toxine botulinique est aujourd'hui utilisée en chirurgie esthétique.

Dans les années soixante-dix, le Botox® a commencé à être utilisé en ophtalmologie pour traiter certains strabismes et des clignements incontrôlés de l’œil.
Puis progressivement, les injections de toxine botulinique ont été réalisées à des fins esthétiques surtout par des chirurgiens plasticiens de façon locale pour atténuer les rides du visage. 

Pour se préparer au mieux à ses injections de toxine botulinique, il faut éviter de prendre de l’aspirine quinze jours avant et quinze jours après l’intervention pour ne pas favoriser les risques de saignement. Si on prend des antibiotiques ou des anticoagulants, il faut le préciser au chirurgien. Il existe aussi des contre-indications à ces injections, parmi lesquelles :
• Certaines maladies neuromusculaires,
• Les femmes enceintes ou allaitant,
• Les cas d’hypersensibilité connus à la neurotoxine botulinique A.
L’intervention est réalisée en quelques minutes sans besoin d’anesthésie. Les injections sont faites avec une aiguille fine. On ressent la piqûre, mais sans douleur réelle. 

Après l’intervention, il peut arriver que l'on ressente des maux de tête. Il peut aussi survenir une sécheresse oculaire gênante notamment pour les porteurs de lentilles. Les injections provoquent parfois une gêne au sourire et à la déglutition. En été 2007, nos autorités sanitaires (Afssaps) ont mis en garde les médecins et chirurgiens sur d’éventuels effets graves de la toxine botulinique risquant de diffuser à distance du point d’injection. Il a été demandé à ces praticiens de faire preuve de la plus grande prudence chez des personnes avec des antécédents de troubles de la déglutition, des problèmes neurologiques… En cas de fausse route, de troubles du langage, ou de problèmes respiratoires après ce traitement, il est conseillé de prendre rapidement un avis médical.

Le traitement à base de toxine botulinique est un remède aux rides s'effectuant de manière progressive. Mieux vaut éviter de vouloir en faire trop dès les premières injections. Il est préférable de privilégier un traitement sur le long terme.
Les effets sont visibles et se stabilisent quelques jours après les injections. Les résultats tiennent de trois à six mois selon les personnes. Dès la deuxième séance d’injection, les résultats peuvent être plus durables, jusqu’à huit mois. Il ne faut pas rapprocher les injections à moins de trois mois les unes des autres.




Le lifting

Le lifting a pour but de corriger l'affaissement des tissus du visage (joues, bajoues, contour du visage et cou) et d'atténuer les rides.

Le lifting cervico-facial

Egalement appelé lifting classique, le lifting cervico-facial permet de remonter les traits du visage, à l'exception des paupières supérieures et du front. Le visage est remodelé et rajeuni dans sa globalité ; la peau est lissée, les rides atténuées, les bajoues et le double menton gommés.

L’intervention dure 2 à 3 heures, sous anesthésie générale ou neuroleptanalgésie (anesthésie locale associée à des tranquillisants administrés par injection).

Après une incision dans le cuir chevelu et autour de l'oreille, la peau est décollée puis redrapée sur le visage et le cou. Les muscles du cou et des joues sont légèrement retendus afin de préserver l’aspect naturel du visage.

L’hospitalisation dure de 24 à 48 heures.

Durant 48 heures, la patiente porte une cagoule compressive afin de limiter les œdèmes et ecchymoses ; ceux-ci disparaîtront au fil des semaines.

Les cicatrices seront dissimulées par les cheveux et le relief de l’oreille.

Bien réussi, un lifting classique permet un rajeunissement d’une dizaine d’années environ ; selon l’hygiène de vie et le type de peau, les effets dureront plus ou mois longtemps (de 5 à 15 ans). Une même personne peut effectuer 2 à 3 lifting au cours de sa vie. Par ailleurs, de plus en plus de patients ont recours au laser ou au peeling afin d’optimiser l’effet du lifting, en gommant les dernières rides et ridules. 

Le lifting partiel

Il est destiné à traiter une seule région du visage ; il peut être effectué seul, ou en complément d’une autre intervention.

- le lifting temporal consiste à remonter la partie externe des sourcils et à atténuer les pattes d’oies. Sous anesthésie générale ou neuroptanalgésie, une incision de 3 à 5 cm est pratiquée sur les tempes ; le muscle temporal et la peau sont décollés, puis retendus. Au final, un regard plus ouvert, rajeuni. La cicatrice est invisible, car située dans les cheveux.

- le lifting frontal permet d’atténuer les rides du front, horizontales et verticales (« ride du lion »), ainsi que de remonter les sourcils et les paupières. Plusieurs techniques existent ; la plus ancienne consiste à pratiquer une incision dans le cuir chevelu, d’une oreille à l’autre ; la nouvelle technique, l’endoscopie (une fibre optique est introduite dans de minuscules incisions et guide le plasticien) permet de laisser des cicatrices très minimes.

- le mask-lift propose un décollement plus profond que le lifting frontal ; l’ensemble des muscles et de la peau est remonté vers le haut, sous anesthésie générale. Cette intervention est particulièrement indiqué pour les visages aux traits tombants, à l’apparence triste.
 


Source : Santé AZ

Publié dans Beauté et bien-être

Commenter cet article